Cancer du sein : un signe inquiétant, que faut-il faire ?

Alors, vous avez détecté un des signes dont nous avons parlé ici ?

La première chose à faire, est de vous rendre chez un agent de santé qualifié, pour un examen clinique. Cet examen rapide et indolore permet de détecter une anomalie et d’infirmer ou de confirmer les doutes.

Le diagnostic précoce du cancer du sein accroît les chances de guérison totale et diminue les conséquences de la maladie.

A la suite de l’examen clinique, l’agent de santé demandera donc des examens complémentaires, en fonction des conditions qui se présentent à lui. Il peut s’agir de:

  1. Une mammographie, qui est un examen radiographique du sein. Elle permet d’étudier, la glande mammaire et de dépister des anomalies des tissus, notamment un cancer du sein même à un stade précoce
  2. Une échographie mammaire. Elle utilise les ultrasons pour obtenir des images de l’intérieur du sein. Cet examen est pratiqué en complément d’une mammographie. Elle permet de voir la nature liquide ou solide des nodules découverts lors de la mammographie. 
  3. Une imagerie par résonance magnétique (IRM) est un examen réalisé grâce à un grand appareil cylindrique, composé d’un aimant très puissant. Elle permet de confirmer l’absence d’anomalie inquiétante lorsque la mammographie ou l’échographie n’ont pas permis de le faire. 
  4. Un scanner qui permet d’étudier le tissu mammaire de manière plus approfondie que la mammographie. Il permet aussi de mieux voir les ganglions de l’aisselle et dans la zone entre les poumons.
  5. Une biopsie mammaire: Elle consiste à effectuer un prélèvement d’une lésion détectée par palpation ou par mammographie afin d’être examiné au microscope par un médecin anatomo-pathologiste. Seul ce dernier est en mesure de déterminer si la lésion est cancéreuse ou non.

Sur la base de ces différents examens, le diagnostic du cancer du sein peut être posé.

De ce fait, un traitement sera entrepris.

Le traitement dans le cas du cancer du sein, a pour but de :

  • Améliorer le confort et la qualité de vie de la personne malade, en traitant les symptômes engendrés par la maladie.
  • Prolonger la survie
  • Réduire le risque de récidive

La prise en charge de ce cancer dépend notamment du type et du stade d’évolution. Il existe 5 catégories de traitement : la chirurgie,  la radiothérapie, la chimiothérapie, la thérapie hormonale, les thérapies ciblées. Le médecin traitant est habileté ç savoir quel type de traitement correspond à chaque cas.

D’après les études, 95% des cancers guérissent lorsqu’ils sont détectés tôt.

Il faut donc retenir qu’un cancer dépisté tôt aura la chance d’être traité, plus rapidement et efficacement qu’un cancer à un stade avancé.

Il est alors très important de se rendre à l’hôpital dès la suspicion d’une anomalie. 

Miss Dêkpêxo â¤

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *